Interview d’Antoine Pauchon à propos de sa thèse sur la coproduction de la ville

Le blog PUM met régulièrement en lumière des thèses (finalisées ou en cours) portant sur la production et la gestion des villes. Ce mois-ci, nous nous intéressons à la thèse d’Antoine Pauchon, doctorant au Lab’Urba depuis 2015 sous la direction de Nadia Arab.

Quel est le sujet de cette thèse ?

Mon sujet porte sur la coproduction de la ville dans les projets d’urbanisme. Il s’agit d’interroger les conséquences des évolutions importantes des conditions de production de la ville (financement, rôle des acteurs impliqués, nature des projets, etc.) dans la conception et la conduite des projets d’urbanisme. Par ailleurs, beaucoup d’acteurs de l’urbanisme appellent de leurs vœux un renouvellement des modes de production de la ville. Par exemple, la « ZAC » [Zone d’Aménagement Concerté] est régulièrement remise en cause par les acteurs privés mais aussi par les acteurs publics qui, dans un contexte d’austérité budgétaire, la considèrent comme trop onéreuse et à l’origine de délais jugés superflus. Les conséquences sont multiples, et se jouent notamment sur le plan organisationnel. On peut citer par exemple les « ateliers » dans le cas de projets d’urbanisme bordelais dont l’objectif affiché est de court-circuiter certaines lourdeurs administratives et de se constituer comme espace unique pour les échanges entre la collectivité, les promoteurs, et les architectes dès l’initiation du projet. Ma thèse questionne ces formes de collaboration : quelles sont les relations qui se nouent entre les acteurs par ces dispositifs ? Sur quelles règles reposent-ils ? Quels sont les conséquences concrètes sur la ville ?

Crédit photographie : Antoine Pauchon

Est-ce qu’il y a un fait marquant qui symbolise ces évolutions ?

Oui, en menant mon enquête de terrain, j’ai pu noter que les acteurs exerçant des fonctions liées à l’intermédiation entre les acteurs des projets d’urbanisme prenaient une place significative. Par exemple, on peut mettre en évidence l’émergence de nombreux bureaux d’études dont l’offre consiste précisément à « mettre de l’huile » dans les rouages de la production urbaine. La place que tient ce type d’acteurs pointe l’interdépendance croissante entre les acteurs publics et les acteurs privés et les questions qu’elle suscite dans la réalisation des projets d’urbanisme.

Quels sont les terrains d’enquête que tu as interrogés pour saisir ce phénomène ?

Pour mener cette thèse, j’ai étudié principalement trois projets : Les Bassins à Flot à Bordeaux, le quartier Camille Claudel à Palaiseau, et le projet Grand Parc à Bondoufle près d’Evry. Leur point commun est de faire intervenir un acteur ou d’avoir mis en place des modalités qui bouleversent la coopération entre les acteurs par rapport à des projets « classiques ». Pour comprendre ces projets, j’ai suivi une méthode ethnographique. J’ai observé des situations de travail qui rassemblent les acteurs et mené des entretiens avec eux.

Crédit photographie : Antoine Pauchon

Dans quel débat scientifique se positionne ce travail ?

J’appréhende le projet en urbanisme comme un instrument de l’action publique pour la production de la ville. La question de l’action collective urbaine et ses recompositions sont au cœur de mon travail. Le projet d’urbanisme me permet d’entrer concrètement dans ces transformations qui posent un large éventail de questions, allant de la conception urbaine aux évolutions de la régulation, des pratiques et des professionnels de l’urbanisme.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.