Programme – Journées d’étude « Vers une sociologie économique de la ville »

Le groupe de recherche  « Production urbaine et marchés » du Labex « Futurs Urbains » s’associe au réseau « Cities are Back in Town » pour organiser prochainement deux journées d’étude intitulées « Vers une sociologie économique de la ville ».

Cet évènement scientifique se déroulera les 3 et 4 octobre 2018  au CSO (Centre de Sociologie des Organisations, Sciences Po Paris – 19 rue Amélie 75007 Paris).

Il a pour objectif de réunir des chercheurs interrogeant la ville à l’aide des outils de la sociologie économique. Une occasion de se demander ce que ces outils spécifiques apportent à l’analyse des phénomènes urbains. Une occasion aussi de comprendre dans quelle mesure la prise en compte de la dimension urbaine des phénomènes marchands permet de revisiter des questions propres à la sociologie économique (un champ de recherches ayant très peu été spatialisé jusqu’à présent).

Ces deux journées seront l’occasion d’écouter un panel de chercheurs français et internationaux ayant engagé des travaux sur la question :  Fabrice Bardet, Simon Bittmann, Loïc Bonneval, Clément Bosseuil, Huana Carvalho,  Alexandre Coulondre, Antoine Courmont, François Cusin, Anaïs Daniau, Sophie Dubuisson-Quellier, Hélène Ducourant,  Marine Duros, Patrick Le Galès, Sebastian Kohl, Moises Kopper, Alexandre Mallard, Alice Mazeaud, Magali Nonjon, Etienne Nouguez, Marie Piganiol et Philippe Steiner.

L’entrée est libre, l’inscription est obligatoire : https://goo.gl/forms/cbDOLrAYIuz1S4Z82

Programme – Conférence sur la revalorisation du tertiaire vacant

Yoan Miot (membre du GT « Production urbaine et marchés ») organise avec les étudiants du Master 2 Développement Urbain Intégré de l’Ecole d’Urbanisme de Paris (EUP) une conférence sur le thème de la « Revalorisation du tertiaire vacant ».

Cette conférence se tiendra le 20 septembre à partir de 13h à l’EUP (Campus Descartes, Bâtiment Bienvenüe) en salle A017.

A cette occasion, nous aurons le plaisir d’écouter : Jean-Marc Agogué (Directeur Général Adjoint de la Communauté d’Agglomération de Cergy-Pontoise), Thierry Perraud (Directeur du projet économique de la SPL Lyon Part-Dieu), Christine Turquet de Beauregard (Directrice Attractivité et Immobilier de la
Communauté d’Agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines) et Thibault de Valence, (Président d’AIGIS SAS, investisseur-gestionnaire immobilier).

Programme – International workshop « Public Real Estate Privatizations »

Les 28 et 29 juin prochain le Groupe de recherche « Production urbaine et marchés » du Labex « Futurs Urbains » organise deux journées d’étude internationales sur le thème de la privatisation du foncier public.

Ce sera l’occasion d’écouter et de débattre avec un panel international de chercheurs spécialistes de la question : Francesca Artioli, Felix Adisson, Loukas Triantis, Heather Whiteside, Marion Magnan, Marsha McGraw Olive, Elena Besussi, Ezio Micelli, Sa Haoxuan, Nicos Souliotis, Alessia Mangialardo.

Cet évènement fait suite à une première rencontre organisée dans le cadre du réseau RC21 de l’International Sociological Association en 2017 à Leeds. Dans ce deuxième volet, devant conduire à une publication collective, seront notamment abordés les cas : français, britannique, canadien, russe, grec, chinois, et italien .

Les journées se dérouleront en salle A301 du bâtiment Bienvenüe du Campus Descartes à Champs-sur-Marne.

Programme – Journée d’étude sur la valeur du foncier et de l’immobilier

En partenariat avec le LIFTI  (http://lifti.org/) et la chaire ETI (http://chaire-eti.org/), le groupe de recherche  « Production urbaine et marchés »  organise une journée d’étude sur les formes de valorisation (économiques, sociales, environnementales) qui s’appliquent au foncier et à l’immobilier.

Cet évènement se tiendra le 5 juin 2018 à l’IAE de Paris et alternera des présentations scientifiques et des tables rondes avec des acteurs de terrain. Une occasion de confronter le point de vue de sociologues, d’économistes, d’urbanistes, de juristes, d’écologues, de promoteurs, d’aménageurs, d’avocats, de comptable et d’experts en immobilier sur la question de la valeur des espaces urbains et des outils permettant de l’évaluer.

Lors de la première matinée, nous aurons le plaisir d’écouter : Philippe Billet (Professeur de droit à l’université Lyon 3), Ciprian Ionescu (Responsable R&D de Compta Durable, membre de OREE), Bernard Labat (Juriste, membre du Conseil Economique Social et Environnemental), Frédéric Lévy (Avocat, cabinet DS Avocat),  Camille Régnier (Economiste, post-doctorante à l’université de Bourgogne),et Geoffroy Séré  (Géologue, MCF à l’université de Lorraine).

L’après-midi, nous entendrons : Didier Chabaud (Professeur de sciences de gestion, directeur de la chaire ETI), Alexandre Coulondre (Sociologue de l’économie, post-doctorant au Labex « Futurs Urbains »), Jérôme Hubert (Economiste, post-doctorant à l’université de Lille 1), Michel Huyghe (Expert en évaluation immobilière, IPFEC),  Marc Kaszynski (Président du LIFTI), Stéphanie Lotz (Urbaniste, post-doctorante à l’université Paris-Est), Njaka Ranaivoarimanana (urbaniste, post-doctorant à l’université Paris-Est), Neila Saidi (Architecte, doctorante à l’Ifsttar en partenariat avec Afilog),  Benjamin Taveau (Urbaniste, Systra Foncier).

Parution du livre « Profession : Architecte »

Qu’elle soit mythifiée ou déconsidérée, la profession d’architecte est le plus souvent méconnue. Métier de synthèse par excellence, alliant l’art et la technique, l’idéel et le matériel, le rationnel et l’empirique, son économie générale échappe à la rationalité d’une discipline unique. Dans cet ouvrage, avec 35 auteurs issus des secteurs de la maîtrise d’œuvre et de la recherche universitaire, Isabelle Chesneau (membre du GT « Production urbaine et marchés ») a tenté de saisir cette pratique dans sa globalité, en reconstituant au plus près l’écosystème professionnel auquel appartient l’architecte qui, loin d’être un travailleur solitaire, coopère avec de nombreuses autres professions.

L’ouvrage s’attache ainsi à rassembler ici ces savoirs et savoir-faire difficilement accessibles autrement que par le témoignage direct de professionnels rarement amenés à s’exprimer sur leurs pratiques, tout en soulignant que les fondements des actes architecturaux, irréductibles à leur dimension technique, puisent sans cesse dans les concepts propres aux sciences humaines et sociales. Parce qu’elle se nourrit de savoirs hétérogènes, la conception du projet de l’architecte dilue la distinction entre théorie et pratique, ce qui en signe l’intérêt, mais aussi la difficulté à la cerner.

Ce corpus de savoirs tournés vers l’action aborde en six chapitres les différentes facettes de l’exercice professionnel, depuis les questions d’identité professionnelle jusqu’à la réception de l’ouvrage, en passant par les règles de la profession libérale, les pratiques contractuelles, l’influence de l’environnement réglementaire, l’enjeu de l’économie du projet et de l’agence et la direction de chantier.

Ce livre s’adresse à tous ceux qui souhaitent mieux connaître le métier d’architecte, que ce soit pour l’exercer un jour, collaborer avec un maître d’œuvre ou bien encore en étudier les actes et la pensée sans faire appel à une axiomatique préalable.

Avec les textes de : Étienne Baillet, Olivier Barancy, Cyril Boisnier, Patrick Bouchain, Robert Carvais, Pierre Caye, Isabelle Chesneau, Didier Cornuel, Bruno Decaris, Maxime Decommer, David Deharbe, Geoffrey Desplaces, Xavier Fabre, Luigi Failla, Michel Forgue, Édouard François, Peggy Garcia, François Gruson, Olivier Hache, Michel Huet, Jean de Keating-Hart, Arnaud Leconte, Christophe Lecq, Michelle Lobjois, Clara Lombard, Jérôme Martin, Odile Massot, Julie Michaud, Sandra Planchez, Michel Possompès, Lise Serra, Christine Simonin, Saadia Tamelikecht, Pierre Tripier et Florence Wierre.

ISBN : 978-2-212-14380-5

Accéder à la table de matières : https://www.eyrolles.com/Chapitres/9782212143805/9782212143805.pdf

Programme du 2ème séminaire interne du GT PUM sur « la valorisation des équipements urbains »

Le deuxième séminaire interne du GT PUM se tiendra le 24 mai 2018 et portera sur le thème de « La valorisation des équipements urbains ».

Alors que la notion de « valorisation » est omniprésente dans le discours des acteurs qui produisent la ville, sa définition et son appréhension par le chercheur posent un ensemble de questions dont cet évènement sera l’occasion de débattre.

Qu’est-ce que la valeur et comment est-elle générée à l’occasion des projets d’infrastructures (aéroports, quartiers de gare, centres commerciaux, etc.) ? Comment cette valeur est-elle partagée ensuite entre les parties prenantes du projet ? Quelles sont les méthodes et les données qui permettent aux chercheurs d’analyser ces processus ? Autant de questions que nous aborderons à travers des présentations et des débats, et en vue de l’organisation d’une journée d’étude sur le thème à l’automne 2018.

Partie 1 : Approches théoriques de la notion de « valorisation »

  • Alexandre Coulondre et Philippe Poinsot (30 minutes) – La notion de « valorisation » du point de vue d’un sociologue et d’un économiste

=> Discussion (30 minutes)

Partie 2 : La « valorisation » des équipements urbains à travers des études de cas

  • Sophie Deraeve et Philippe Poinsot (20 minutes) – La valorisation des quartiers de gare
  • Laurent Terral (20 minutes) – La valorisation des aéroports
  • Alexandre Coulondre (20 minutes) – La valorisation des centres commerciaux

=> Discussion (60 minutes)

Numéro spécial de la revue « Built Environment » sur l’urbanisme de hauteur

Notons la parution récente d’un numéro spécial de la revue anglaise Built Environment coordonné par Manuel Appert (Univ. Lyon 2), Andrew Harris (UCL) et par Martine Drozdz (UPE), membre du groupe de recherche « Production Urbaine et marchés ».

Ce numéro porte sur l’urbanisme de hauteur et propose une approche comparative à l’échelle européenne.

Alors que la période 1980-2000 représentait un ralentissement dans le processus de construction de tours, le tournant des années 2000 signe au contraire le retour de cette forme architecturale dans les villes européennes.

source : http://www.alexandrinepress.co.uk/built-environment/high-rise-urbanism-contemporary-europe-0

Le numéro appréhende les changements à l’origine de ce retour des tours. Plusieurs études de cas (Londres, Lyon, Turin, Rotterdam, La Hague, Malmö,etc.) montrent comment les différents pays européens sont pris dans une tendance commune malgré leurs singularités, et comment cette tendance européenne s’inscrit elle-même dans une dynamique mondiale de diffusion de l’urbanisme de hauteur.

Un élément explicatif central est alors identifié : le développement d’un urbanisme néo-libéral impulsé par la convergence massive de capitaux à investir dans les villes.

Pour accéder au sommaire de ce numéro : http://www.ingentaconnect.com/content/alex/benv/2018/00000043/00000004;jsessionid=202qc6vbfpjuu.x-ic-live-02

Programme de la session « urbanisme vertical » au sein de la conférence internationale « Urban Affairs »

Plusieurs membres du groupe de recherche « Production Urbaine et marchés » ont organisé une session sur l’urbanisme vertical dans le cadre de la conférence annuelle de l’association « Urban Affairs » se tenant cette année à Toronto (Canada) du 4 au 7 avril.

Il s’agissait de discuter des processus complexes d’élaboration des règlementations concernant les droits à construire en hauteur dans différentes villes du monde et dans un contexte de capitalisme urbain financiarisé. Martine Drozdz, Igal Charney, Aurélien Delpirou, Manuel Appert et Manoel Rodrigues Alves vont successivement évoquer les cas de : Paris, Jérusalem, Rome, Lyon et Sao Paulo.

Interview de Marie Bigorgne à propos de sa thèse sur le contrôle des finances publiques locales

Le blog PUM met régulièrement en lumière des thèses (finalisées ou en cours) portant sur la production et la gestion des villes. Ce mois-ci, nous nous intéressons à la thèse de Marie Bigorgne, doctorante au LATTS depuis 2017 sous la direction de François-Mathieu Poupeau et la codirection de Ludovic Halbert et Françoise Navarre.

Quel est le sujet de cette thèse ?

Marie Bigorgne : Mon sujet porte sur les dispositifs de contrôle de la gestion des finances publiques locales, aussi bien comptables (par le comptable public) que juridictionnels (par les chambres régionales des comptes). Je mobilise pour cela la sociologie des outils de gestion. Il s’agit de voir comment les politiques de rigueur pénètrent depuis le début des années 2000 le champ des finances locales par le biais de transformations dans la réglementation, les outils et procédures budgétaires et comptables.

Dans quel débat scientifique se positionne ce travail ?

En fait, il y a très peu de thèses qui ont été faites en sociologie ou en science politique sur les finances locales. Les travaux dominants ont plutôt une approche juridique, de droit public ou alors il y a des travaux de science de gestion et de science économique. Récemment, en sciences sociales il n’y a que le travail de Camille Allé qui porte sur cette question. Or, sa thèse étudie principalement des instruments financiers classiques de la décentralisation comme la fiscalité. Mon idée était plutôt de me focaliser sur des instruments de gestion quotidiens, tels que les logiciels, les nomenclatures comptables, les indicateurs, etc. C’est la face plutôt « immergée » de la rigueur mais qui évolue beaucoup ces dernières années.

Est-ce qu’il y a un fait marquant qui symbolise ces évolutions ?

Oui, par exemple on voit qu’une certaine « pédagogie » à l’orthodoxie financière est poussée ces derniers temps par le ministère de l’Action et des Comptes publics et plus précisément la Direction Générale des Finances Publiques (DGFIP) qui accompagne et forme les agents des collectivités à des nouvelles pratiques de gestion. Elle édite des guides de bonnes pratiques, propose des ateliers et formations, met à disposition des auditeurs pour les collectivités lancées dans la démarche expérimentale de certification des comptes proposée par la Cour des Comptes. Le ministère a accueilli aussi récemment les Assises des Services Publics, organisés chaque par l’association des Directeurs financiers et contrôleurs de gestion qui étaient consacrées cette année à la réforme budgétaire et comptable de 2012.

Crédit photographie : www.performance-publique.budget.gouv.fr

A travers ces transferts de savoirs, c’est une forme de routinisation de l’orthodoxie budgétaire qui s’installe au niveau local sans nécessairement s’appuyer chaque fois sur des éléments visibles comme des textes de lois ou des décrets.

Est-ce qu’il y a des résistances qui s’opposent à ces évolutions historiques ?

Il y a des oppositions frontales à la marge comme le mouvement « Les plumés de l’austérité » qui rassemble des élus de Seine-Saint-Denis. Ils ont mis une pétition en ligne en 2015, organisé des manifestations, des actions « coup de poing » comme l’installation d’un « Macronpoly » géant devant l’Assemblée nationale ou encore avec la grève des maires de Stains et de l’Île-Saint-Denis pour dénoncer la baisse des transferts de l’État aux collectivités. Mais c’est très marginal, ce sont plutôt dans la négociation des règles, actuellement à travers la contractualisation, que les élus espèrent se faire entendre et tentent de peser sur ces évolutions.

Crédit photographie : http://lesplumesdelausterite.wesign.it/fr

Quels sont les terrains d’enquête que tu envisages pour saisir ce phénomène ?

L’objectif est d’articuler une étude du travail de la DGFIP et des chambres régionales des comptes d’un côté, et une étude de deux intercommunalités de l’autre. Cette enquête devrait permettre de voir par exemple dans quelle mesure les recommandations en matière de gestion financière se traduisent dans le fonctionnement quotidien des collectivités, dans l’organisation des services et le travail des agents. Dans les deux cas, je souhaite avoir une approche ethnographique de la gestion pour proposer une microsociologie du travail financier à l’échelon local.

Programme du colloque « Décroissance urbaine et déprise foncière »

Sonia Guelton, membre du groupe de recherche « Production Urbaine et marchés », co-organise dans le cadre de la Revue Foncière et avec le laboratoire PACTE un colloque les 5 et 6 avril 2018 à Grenoble sur le thème de La déprise foncière et immobilière dans les villes françaises.

Vous trouverez ci-dessous le programme ainsi qu’un lien pour vous inscrire : https://goo.gl/forms/loXpQaPvf8YfGL8h2

 

Programme de la journée d’études « Comparing property markets on an international scale »

Le 13 mars prochain le Groupe « Production urbaine et marchés » du Labex « Futurs Urbains » organise avec un ensemble de laboratoires partenaires une journée d’étude sur La comparabilité des marchés immobiliers à l’échelle internationale.

Ce sera l’occasion d’écouter et de débattre avec un panel international de chercheurs spécialistes de la question : Manuel Aalbers, Guilhem Boulay, Sonia Guelton, Richart Khalil, William Kutz, Renaud Le Goix, Michael Oxley, Claude Taffin, et Christian Tutin.

Programme du 1er séminaire interne du GT PUM sur « l’économie politique de la production urbaine »

Le premier séminaire interne du GT PUM se tiendra le 23 janvier 2018 à l’ENSA de Belleville et portera sur le thème des « Enjeux et des apports d’une analyse de la production urbaine selon une approche d’économie politique« .

A cette occasion, nous aurons le plaisir d’écouter Antoine Guironnet qui nous présentera les travaux fondateurs de l’économie politique de la production urbaine.

Ensuite interviendra Ludovic Halbert qui développera une définition de cette notion théorique ainsi que les modalités de son application dans le cadre de l’étude de la financiarisation de l’immobilier à Bengalore.

Enfin, nous écouterons Matthieu Gimat qui détaillera comment une approche d’économie politique peut s’appliquer à l’étude de la production de logements sociaux en France.

Ces présentations seront suivies d’une discussion avec la salle que nous espérons fournie.

Programme du colloque « European cities and the post-crisis context »

Le 30 novembre et le 1er décembre 2017, le groupe de recherche « Production urbaine et marchés » organisait un colloque sur le thème de la gestion des villes européennes dans un contexte d’austérité issu de la crise économique de 2008.

L’occasion d’écouter des chercheurs allemands, britanniques, espagnols, français, grecs, hollandais, et italiens sur ce thème.

Vous trouverez ci-dessous le texte de présentation et le programme de cet évènement. Le compte-rendu des débats sera bientôt disponible sur notre carnet de recherche.

Bienvenue sur le carnet « Production urbaine et marchés »

Ce carnet est proposé par le groupe de recherche « PUM » (Production Urbaine et Marchés) du Labex « Futurs Urbains » (Université Paris-Est).

Réunissant des membres des laboratoires ACP, Ausser, Lab’Urba, Latts et LVMT, ce groupe de recherche propose d’explorer les dynamiques immobilières à l’œuvre dans les villes, ainsi que les rapports de pouvoir qui structurent la production urbaine notamment à travers les nouvelles formes de coopération « public-privé ».

Dans ce carnet vous trouverez le détail des évènements organisés par le groupe ainsi que les synthèses des derniers travaux publiés par ses chercheurs. Plus généralement, vous trouverez  un état des débats scientifiques internationaux menés sur les questions économiques et politiques rattachées à la construction de la ville.