Interview de Marie Bigorgne à propos de sa thèse sur le contrôle des finances publiques locales

Le blog PUM met régulièrement en lumière des thèses (finalisées ou en cours) portant sur la production et la gestion des villes. Ce mois-ci, nous nous intéressons à la thèse de Marie Bigorgne, doctorante au LATTS depuis 2017 sous la direction de François-Mathieu Poupeau et la codirection de Ludovic Halbert et Françoise Navarre.

Quel est le sujet de cette thèse ?

Marie Bigorgne : Mon sujet porte sur les dispositifs de contrôle de la gestion des finances publiques locales, aussi bien comptables (par le comptable public) que juridictionnels (par les chambres régionales des comptes). Je mobilise pour cela la sociologie des outils de gestion. Il s’agit de voir comment les politiques de rigueur pénètrent depuis le début des années 2000 le champ des finances locales par le biais de transformations dans la réglementation, les outils et procédures budgétaires et comptables.

Dans quel débat scientifique se positionne ce travail ?

En fait, il y a très peu de thèses qui ont été faites en sociologie ou en science politique sur les finances locales. Les travaux dominants ont plutôt une approche juridique, de droit public ou alors il y a des travaux de science de gestion et de science économique. Récemment, en sciences sociales il n’y a que le travail de Camille Allé qui porte sur cette question. Or, sa thèse étudie principalement des instruments financiers classiques de la décentralisation comme la fiscalité. Mon idée était plutôt de me focaliser sur des instruments de gestion quotidiens, tels que les logiciels, les nomenclatures comptables, les indicateurs, etc. C’est la face plutôt « immergée » de la rigueur mais qui évolue beaucoup ces dernières années.

Est-ce qu’il y a un fait marquant qui symbolise ces évolutions ?

Oui, par exemple on voit qu’une certaine « pédagogie » à l’orthodoxie financière est poussée ces derniers temps par le ministère de l’Action et des Comptes publics et plus précisément la Direction Générale des Finances Publiques (DGFIP) qui accompagne et forme les agents des collectivités à des nouvelles pratiques de gestion. Elle édite des guides de bonnes pratiques, propose des ateliers et formations, met à disposition des auditeurs pour les collectivités lancées dans la démarche expérimentale de certification des comptes proposée par la Cour des Comptes. Le ministère a accueilli aussi récemment les Assises des Services Publics, organisés chaque par l’association des Directeurs financiers et contrôleurs de gestion qui étaient consacrées cette année à la réforme budgétaire et comptable de 2012.

Crédit photographie : www.performance-publique.budget.gouv.fr

A travers ces transferts de savoirs, c’est une forme de routinisation de l’orthodoxie budgétaire qui s’installe au niveau local sans nécessairement s’appuyer chaque fois sur des éléments visibles comme des textes de lois ou des décrets.

Est-ce qu’il y a des résistances qui s’opposent à ces évolutions historiques ?

Il y a des oppositions frontales à la marge comme le mouvement « Les plumés de l’austérité » qui rassemble des élus de Seine-Saint-Denis. Ils ont mis une pétition en ligne en 2015, organisé des manifestations, des actions « coup de poing » comme l’installation d’un « Macronpoly » géant devant l’Assemblée nationale ou encore avec la grève des maires de Stains et de l’Île-Saint-Denis pour dénoncer la baisse des transferts de l’État aux collectivités. Mais c’est très marginal, ce sont plutôt dans la négociation des règles, actuellement à travers la contractualisation, que les élus espèrent se faire entendre et tentent de peser sur ces évolutions.

Crédit photographie : http://lesplumesdelausterite.wesign.it/fr

Quels sont les terrains d’enquête que tu envisages pour saisir ce phénomène ?

L’objectif est d’articuler une étude du travail de la DGFIP et des chambres régionales des comptes d’un côté, et une étude de deux intercommunalités de l’autre. Cette enquête devrait permettre de voir par exemple dans quelle mesure les recommandations en matière de gestion financière se traduisent dans le fonctionnement quotidien des collectivités, dans l’organisation des services et le travail des agents. Dans les deux cas, je souhaite avoir une approche ethnographique de la gestion pour proposer une microsociologie du travail financier à l’échelon local.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.